Audio Café

Tous les sujets audiophiles et hifi sont abordés, avec ou sans café, simplement
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Torieux, la musique c'est quoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Torieux, la musique c'est quoi ?   Sam 23 Mai - 9:07

http://www.lesnumeriques.com/bienvenue-dans-guerre-volume-a2127.html

je désactive toute les "amélioration", équaliseur a neutre ----> et je comprend enfin la chanson et je peut même reconnaître les instruments

et ma gamine de 7 ans commence même a s'amuser pour reconnaître les instruments.


Qu'est-ce que la musique ?

Cette petite question me turlupine depuis des années.  Ho ! j'ai bien mon idée sur la réponse à donner.  Je suis en mesure de m'expliquer ce qu'est la musique, ce qui n'exclu pas que je me trompe remarquez !  Là n'est pas la question.

Lorsque je vous pose cette question, je me retrouve dans l'incapacité de bien expliquer ce que je perçois et entend par cette question sur la musique.

Le sujet est vaste et il est si difficile de regrouper tous les éléments techniques, émotifs, virtuels et réels etc. pour tracer un portrait global de la question, ce qui serait le gage d'une compréhension commune.  Je dirais que, comme passionné du son, c'est ce portrait global qui nous manque.

Dans ma démarche, comprendre ce qu'est la musique, c'est la pierre angulaire du succès audio.  Les caractéristiques sonores d'un dac, ampli, enceintes etc, si c'est important ne forment qu'un élément parmi de nombreux autres qui composent la reproduction de la musique.  La liberté, celle du compositeur et du musicien pour leurs choix, du preneur de son jusqu'à nous audiophiles pour leurs choix aussi, déterminent si les premiers jouent de la musique et que de notre coté, la musique est reproduite.  La liberté peut être une entrave à la reproduction de la musique telle qu'elle doit être dans son essence.  

Seigneur que c'est compliqué !

Ce matin, j'ai lu l'article sur la compression, sur la guerre des volumes.  Très intéressant !

Le passage sur Death Magnetic de Metallica, de la réaction des fans devant la qualité sonore supérieure du jeu Guitars Heroes de Death Magnitic au cd.  Faut lire !

J'ai pour habitude de sonder l'opinion des lecteurs en lisant les commentaires et je tombe sur le passage du message de Gimly.  Celui du début de mon texte en gras.

Je sais pas vous autres, mais moi, qu'une gamine de 7 ans réagisse positivement à la dynamique de la musique alors que compressée, elle ne réagit pas, me parle très fort.

J'ai trouvé, grâce à cette petite fille, la réponse la plus parlante, convaincante à la question, qu'est-ce que la musique ?  Inconsciemment, du haut de sa naïveté de gamine, sans arrière pensée, sans débattre, sans crier à la gloire de la compression, elle s'amuse spontanément à l'écoute d'une musique non compressée.

La dynamique respectée rend le plaisir de l'écoute à une petite fille de 7 ans.  Si ce n'est pas la réponse la plus complète à faire à la question, qu'est-ce que la musique ?

Voilà un bon début de réflexion !
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth

avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 08/05/2010

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 27 Mai - 8:04

Il faut aussi mentionner que mes enfants me demandent à genoux d'éteindre ma chaîne lorsque je fais jouer du numérique, mais se mettent à jouer de leur petit piano, leur harmonica et leur xylophone dès que je mets un vinyle.



J'ai même ramassé mes lumières de Noël!



Et j'ai sablé mes grosses tablettes de bois affreuses et elles sont maintenant bien traitées à l'huile de Teck.



Tout ce délire pornographique visuel pour dire que les enfants ont toujours eu une grande influence sur ma chaîne, et ce depuis qu'ils l'écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 27 Mai - 8:57

Sephitoth,

Est-ce que tu réponds à la question, qu'est-ce que la musique ?

J'aurais tendance à dire, avec l'exemple que tu nous donnes, celui de tes enfants réagissant positivement à l'écoute d'un vinyle, que c'est ton intention.  Malheureusement nous ne parlons pas de la même chose.  Le débat soulevé par cette autre question de fond, le numérique ou l'analogique fait rage partout mais................  

Ne te méprends pas sur mon intervention.  Ton point est capital et tellement pas réglé.  C'est tout à fait possible que ton point, la supériorité musicale de l'analogique sur le numérique, soit le bon.  

C'est possible ça, je me répète mais d'un coté comme de l'autre, du numérique ou analogique, la compression tue la musique.  C'est un dénominateur commun.

Je met personnellement la question de la dynamique devant tous les autres grands sujets (débats) audio comme celui que tu rapportes.  Il y a aussi le tube versus le transistor, les câbles ou pas et tant d'autres sujets du genre mais.........................

À la base de la passion audiophile, il y a la musique et sa reproduction fidèle.  Alors je te repose à toi et à tous les lecteurs de cette discussion à venir, qu'est-ce que la musique ?

Je compléterai la question par celle-ci, est-ce que la musique, ce n'est que des sons ?

Je dirai aussi que la hifi d'aujourd'hui est un mélange de concepts, tous vrais généralement.  Ces concepts sont souvent priorisés et promues sans tenir compte de leur importance dans la hiérarchie des concepts audio mais plutôt de l'intérêt personnel de chacun de nous les audiophiles.  Conséquences, la musique passe derrière les goûts personnels de chacun, l'équilibre de la chaine audio dans la salle de son se retrouve loin dans les priorités alors que la câblerie est religion.  

La dynamique, la rythmique, le respect des silences, qui sont le fondement de la musique ne sont pas respectés car l'audiophile préfère une trompette ronde et chaude, une cymbale mielleuse bref, préfère la coloration, ce qui prend le pas et sur la musique et le gros bon sens qui ferait de la haute fidélité autre chose qu'une formidable tromperie.

Alors, que tes enfants aient plus de plaisir à écouter un vinyle, voilà qui est de l'ordre de l'intense réflexion pour moi parce qu'elle pose une véritable question de fond.  Mais dans mon ordre hiérarchique, la musique est LE point de premier plan.  

Répondre honnêtement à cette question, qu'est-ce que la musique ?, permettrait à nous tous, les audiophiles, de replacer tous les autres sujets dans un ordre de priorité, salutaire, pour le bon fonctionnement de l'audio mais aussi de nous démêler, chacun de nous, dans ce qui est devenu un véritable écheveau de bonnes idées à la base mais  impossible à gérer, ce qui m'amène à poser cette autre question de fond, comment en sommes-nous arriver là ?
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth

avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 08/05/2010

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 27 Mai - 11:10

La musique est une étrange construction de sons qui, comme la douleur, est un étrange labyrinthe où l'on ne finit jamais de marcher.

La musique est un rêve qui répond à la réalité, et qui parfois la devance.

La musique est une pensée à laquelle se marie la nôtre, pour autant que l'on puisse la saisir.

Elle est la dernière possibilité de pensée, de contact, et même de regard.

Parfois même, il y a de grands moments de silence où il se passe plein de choses.

Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 27 Mai - 15:40

J'ai lu et relu ta définition de ce qu'est la musique tout en me disant que c'est ce qu'il nous faut comprendre et associer à la haute fidélité. Quand même !

Tu définis la partie que j'appelle l'âme de la musique.  Cet aspect impalpable, qui ne se compte pas, ne se calcule pas et qui pourtant est bien là.

Je vais te dire que cet partie de la musique, si nous nous entendions entre audiophiles sur une définition commune, provoquerait chez moi du moins, un grand début d'aventure intérieure.  Ça serait remettre le pendule de tout le monde à zéro.  Personne n'aurait d'ascendant sur quiconque alors que la seule préoccupation serait de reproduire enfin la musique telle qu'elle est, complète dans tous ces aspects.

Je donne souvent l'exemple des discoureurs.  Le dénominateur commun est le thème et les mots.  Avec ce thème et ces mots, les mêmes pour tous je le répète, certains feront vibrer l'assemblée et d'autres laisseront froid.  Qu'est-ce qui s'est passé pour vibrer ainsi ?

En politique pour les discoureurs, René Lévesque, P.E Trudeau, Lesage, Pierre Bourgeault, des hommes qui captivaient l'ensemble des auditeurs, pour ou contre.  Aujourd'hui, nous avons des lecteurs de bouts de papiers

J'y vois un rapprochement avec la musique.  Un homme crée une émotion ressenti par le plus grand nombre.  Pourquoi Mozart et pas Salieri.  Chez nous Charlebois éclipsant Louise Forestier.  Il y a une partie de talent que l'un a et l'autre pas ?

Alors mon cher Sephiroth, tu comprendras qu'avec mes réflexions du moment, qu'avec les colorations si chères aux audiophiles, la compression si chères aux artistes et preneurs de son me font dire que je suis loin de la coupe aux lèvres.

Toutefois, je constate que l'audiophile se transforme tout doucement, ce qui me permet d'espérer la découverte de la musique par le plus grand nombre et de transférer cette dernière en haute fidélité.

C'est selon moi le plus grand défi de l'audiophile, défi qui n'a jamais changé au fond.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 27 Mai - 15:57

Séphiroth,

Nous avons déjà croisé nos idées sur la passion audiophile, c'est le pourquoi de ce petit paragraphe lu aujourd'hui sur mon forum français favori.

Appliqué à la hifi, c'est bien quelque chose comme ça: il faut un minimum de sérieux , de motivation, sans quoi on ne peut rien entreprendre ni construire ( par exemple, édifier patiemment un système ). Mais dans le même temps, conserver cette lucidité sur la vanité de toute entreprise humaine, dont aucune ne mérite vraiment qu'on y sacrifie son être profond, qu'on y engloutisse son délicieux petit moi ( qui ne saurait se réduire à une fonction sociale ou a une passion ), ni, surtout, qu'on le prenne de haut avec ses autres petits camarades audiophiles !

Je ne rapporte pas ce texte pour te titiller mais pour confirmer que l'audiophile change, pas vite c'est vrai mais change tout de même. Je suis heureux de constater que l'audiophile réfléchi.

Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Ven 29 Mai - 7:55

Rendre plausible la coloration est-il plus simple que rendre plausible la réalité ?  

Ah s'il y avait des participants sur ce forum, j'aimerais bien connaître vos avis sur cette question.  Parce que la coloration se doit quand même d'être plausible non !

Je me demande encore pourquoi pas la réalité en audio ?  

Chez moi je n'ai pas la réalité fidèle du spectacle live ou studio mais j'ai la réalité.  Chez moi j'ai des contrebasses lorsqu'il y a des contrebasses, des banjos, guitares, flûtes, orgues, violons etc lorsque la musique est jouée avec ces instruments.  J'ai des Télécasters et des Stratoscasters comme des grosses Les Paul et SG.  La batterie est pleine largeur parfois et souvent elle est étouffée par la compression mais ces colorations sont respectées à l'écoute de ma chaine audio.  

Si je n'ai pas LA contrebasse exacte d'Arnopol, j'ai une contrebasse devant moi jouée par Arnopol.

Statuons sur la plausible contrebasse.  C'est je dirais la première étape vers la réalité fidèle.  Dans mon esprit, c'est clair, cette réalité plausible ne viendra pas de l'industrie parce que personne ne la lui demande.

Peut être n'avez-vous pas le matériel pour reproduire une contrebasse ou une cymbale.  Ce ne sont pas tous les mid/tweeters qui en sont capable.  Une association mid/woofer de qualité audiophile bien filtrée impose de soi la coloration, certes, mais si l'intention est là, elle impose aussi la reconnaissance des instruments de musique qui sont joués dans ces fréquences.  Ne vous trompez pas, les amplis ne sont pas tous poussifs et asthmatiques, les hp, lorsque choisit avec soins dans l'esprit du respect des sons de la musique, c'est possible.  Ça existe !  Parce que l'âme de la musique c'est beau mais encore faut-il respecter les sons.

Une question me vient à l'esprit, qu'est-ce qu'un audiophile ?  Peut être même que c'est la première question à se poser, avant même celle sur la musique.

Aujourd'hui en mai 2015, je suis en mesure de reproduire, chez moi, de manière plausible l'enregistrement.  Aujourd'hui, en mai 2015, de nombreux audiophiles ont atteint les limites des enregistrements.  

Et vous !
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Sam 30 Mai - 8:55

Je discutais récemment avec Pompon et le sujet des super-fichiers versus le AAC par exemple était fort intéressant.

Pompon me disait que les différences à l'oreille sont pratiquement indécelables.  Il basait ses dires sur le test à l'aveugle réalisé par Aevus et la gang du forum voisin et auquel il avait participé, il y a de cela quelques années.

Tous les audiophiles ont échoué le test sauf la femme de, comment y s'appelle l'ambassadeur Naim du Québec.  Ça va me revenir.  

Je m'avance mais est-ce que sa femme est considérée comme une audiophile ou comme amoureuse de la musique ?  Un peu comme les enfants mentionnées plus haut, la gamine de 7 ans et les enfants de Sephiroth, neutre devant toute la quincaillerie audio, se laissant porter naturellement par la musique.  

Sommes-nous trop conscient de la machinerie pour se laisser envahir par la musique, ce qui nous bloquerait toute la section âme de la musique ?  Je me le demande !

Qu'est-ce qu'on entend pas ?  Qu'est-ce qui est là mais qui ne nous atteint pas à l'écoute de la musique ?

C'est je dirais à partir d'ici que la question posée par Sephiroth prend son sens.  Est-ce que le numérique est un bon véhicule pour la musique, celle des sons et du ressenti ?

Est-ce que les enfants ne dansent spontanément que sur l'analogique ?

____________________________________

Aujourd'hui, se pourrait-il qu'on ne cherche pas à répondre à la dernière question, honnêtement mais plutôt de défendre coûte que coûte le sujet que nous avons choisi, avec la sourde crainte de s'être tromper ?

Aujourd'hui, se pourrait-il que ne sachant ce qu'est profondément la musique, cela nous empêche de travailler le numérique et de l'amener là où est l'analogique ?  Ce dernier n'a pas la capacité sonore du numérique mais coté ressenti, c'est plus fort.

Aujourd'hui se pourrait-il que nous les audiophiles ne cherchions pas les bonnes choses, lors de nos écoutes entre super-fichiers et fichiers "ordinaires" ayant que le son comme référence (croyance) ?
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth

avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 08/05/2010

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Sam 30 Mai - 10:02

L'"état audiophile" n'est pas un état où il est possible de ressentir la musique. Je lisais il y a longtemps un membre qui écrivait sur un autre forum que lorsqu'il écoutait de la musique, il ne pouvait pas s'empêcher de penser à la "quincaillerie" qui la faisait jouer. Ce genre d'état s'éloigne du véritable réalisme.

Le véritable réalisme est ce qui reste lorsque la passion est disparue. Prenez la Révolution française par exemple : L'impatience, l'exigence ou encore la rigueur étaient ce qui formaient le vrai réalisme.

La prise de conscience de l'audiophile vers le contact avec la musique s'effectue avec le temps et le travail, comme les grandes oeuvres humaines. Cela implique beaucoup de choses. Par exemple, de comprendre que les matériaux qui nous entourent sont d'une grande importance sur ce que nos oreilles perçoivent.

La relation entre l'air, le bois et l'oreille doit être comprise. Un plancher en bois ne vibrera pas de la même manière selon le type d'enregistrement que l'on fait jouer. Les livres demeurent une forme de bois, transformé par notre travail, en collaboration avec les éléments que nous avons trouvés autour de nous. Ils sont une extension du bois qui couvre nos murs et décore nos maisons de sa splendeur vivante, éternelle même dans sa mort, au point où elle peut renaître et demander à boire à nouveau.

Tout ce qui est dénaturé est par nature impropre et grossier, et est le plus souvent associé à la pollution dont même les plus sceptiques commencent aujourd'hui à reconnaître la présence alarmante.

Les enfants dansent sur du numérique, si celui-ci est tronqué et très augmenté de basses. Ils ne veulent pas danser longtemps. Dès que la basse est terminée, ils veulent jouer à autre chose. La musique peut s'étirer jusqu'aux petites heures du matin peu importe sa force, si elle vivante: les enfants n'ont pas encore été, du moins peu d'entre-eux, accoutumés aux sons criards et informatiques du numérique. Ils n'ont que comme référence les sons des oiseaux, et le lointain et éternel bourdonnement d'une abeille.

L'écoute d'une pièce musicale doit se faire détaché de toute pensée, et s'il en vient une, car c'est inévitable, on doit ramener son esprit vers la musique. Rien ne doit être jugé, mais accepté comme tel. Cela est.

Une écoute musicale doit faire ressentir en filigrane nos émotions, et nous permettre de les contempler vivre au fil de la pièce. Cela peut provenir d'une parole de l'artiste, poésie réussie qui nous fait souffrir ou nous calme, ou encore d'une ambiance ayant comme toile de fond non pas un univers noir et angoissant, mais bel et bien la vie foisonnante qui est l'écrin de l'oeuvre.













Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Sam 30 Mai - 11:08

Je lis ta dernière intervention et si je ne suis pas en total accord avec toi, si je veux y répondre honnêtement, sans prétendre avoir absolument raison, je me retrouve debout devant l'inconnue.

Je ne peux affirmer ni la supériorité de l'analogique ni du numérique lors de l'écoute de ma musique.  

Je crois profondément que la musique c'est plus que les sons.  Je me dis aussi que le numérique est traité comme l'analogique, pas comme le numérique, pas comme une entité différente avec ses qualités et défauts propres et tout le problème de la reproduction fidèle de la musique est là.  

L'enregistrement de la musique se fait sans se demander vraiment si le numérique peut aller plus loin, pire, l'enregistrement se fait selon les vieux préceptes analogiques.  Ici j'avoue la spéculation mais si j'ai raison sur ce point, pourrait-on croire qu'un jour la musique serait respectée dans son essence ?  Écoute qui combinerait le ressenti et la fidélité de reproduction des sons.

Qui travaille le numérique pour faire spontanément danser les enfants ?  C'est possiblement ce qui manque aujourd'hui alors que le seul travail est sur le son.  Peut-on imaginer autre chose si tous les intervenants, de l'artiste, au preneur de son, à l'auditeur, croient que la musique n'est que des sons ?

__________________________________

Je suis bien d'accord avec toi à propos de l'environnement.  Ma salle de son singularisera l'écoute d'une même pièce par rapport à chez toi et les différences entre chaine/salle de son devraient se faire à ce niveau,la salle d'écoute, pas la chaine audio.  Au fond, ne nous rapprocherions nous pas de la réalité des groupes de musique, qui avec le même système de son, change de son d'une pièce à l'autre ?  

Et encore aujourd'hui, avec l'arrivée des correcteurs de salles, cette situation ne prévaut plus.  D'ailleurs, les correcteurs de salle ont fait leur apparition dans le monde audiophile et cela a son impact.

__________________________________

Tu écris :

Les enfants dansent sur du numérique, si celui-ci est tronqué et très augmenté de basses. Ils ne veulent pas danser longtemps. Dès que la basse est terminée, ils veulent jouer à autre chose. La musique peut s'étirer jusqu'aux petites heures du matin peu importe sa force, si elle vivante: les enfants n'ont pas encore été, du moins peu d'entre-eux, accoutumés aux sons criards et informatiques du numérique. Ils n'ont que comme référence les sons des oiseaux, et le lointain et éternel bourdonnement d'une abeille.

Te rejoins 100% sur ce que j'ai souligné.  Totalement d'accord aussi avec ce qui est en gras.

Je suis moins catégorique que toi sur tes premières phrases, pour les raisons mentionnées plus tôt, à propos du numérique.

Je confesse ici vouloir croire que le numérique n'ait pas dévoilé tous ses secrets, toutes ses capacités.  J'accepte le risque de me tromper mais comment être certain ?  D'où mon incapacité au catégorique !

Comment arriver à les dévoiler ces secrets ? À lancer la recherche sur une reproduction qui respecterait et le ressenti et les sons ?  

Je me permettrai de dire que le défi de l'audiophile qui accepte le numérique n'est pas de mieux le faire sonner, ce qui est acquis mais de mieux faire sentir le ressenti, les impressions, tout ce que l'analogique fait bien.

Mais que fait de si bien l'analogique ?  Ma position, qui veut que la force de l'analogique soit le ressenti plus que la qualité des sons, est-elle juste ?
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Lun 1 Juin - 8:09

Bon, la musique fait naître en chacun de nous des émotions. Une même pièce de musique fait naître des émotions différentes d'une personne à l'autre.

Je réalise être gâté car j'écoute les meilleurs musiciens au monde dans des styles variés sur ma chaine audio dans un environnement musical contrôlé. Tous ces musiciens ont atteint un niveau technique qui dépasse de loin l'amateurisme. Ce haut niveau technique fait foi d'une maîtrise de l'instrument par le musicien et c'est à partir d'ici que cela devient difficile d'affirmer et d'expliquer quoi que soit, pour moi en tout cas.

Dans ma vie, j'ai eu la chance de côtoyer des musiciens de tous les niveaux. J'ai même été voisin d'une petite école de musique, un mur pas vraiment épais nous séparait. Je gratte de la guitare.

Ce matin, je ne suis plus certain que la musique ait une âme finalement. Je me demande si ce que je considérais comme l'âme de la musique n'est pas l'expression du talent des musiciens combinée à notre réceptivité personnelle. Entre les deux, la maîtrise d'un instrument de musique, de la composition de musique et d'une recette où les sons différents sont les ingrédients.

Chacun de nous étant sensible plus ou moins à des sons précis, des voix seules ou en groupe qui nous touchent particulièrement. Les trois mêmes accords de blues expriment bien ce que je veux dire. BB King, mort récemment, sur ces 3 accords à fait parler sa guitare et beaucoup d'entre nous ont compris ce qu'il nous disait.

Je ne comprend pas ce que Mozart me raconte alors que Bach, ça connecte rapidement.

Ou bien, parce qu'il faut bien nommer les choses, l'âme de la musique existe mais comprend le musicien et l'auditeur.

Je réfléchi tout haut et cela change peu l'audiophile que je suis et mes objectifs de reproduction réaliste. La compression je n'aime pas et la coloration n'est pas une voie à suivre mais de considérer la musique comme de la technique pure et simple, qu'un son que j'aime, peu importe ce sur quoi je l'écouterai, je l'aimerai, simplifiera peut être ma façon d'aborder l'audio.

Peut être ! Mais nom d'un chien, pourquoi les enfants dansent spontanément sur l'analogique ?

AAAAARRRRRGGGGGHHHHHHH!
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth

avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 08/05/2010

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Lun 1 Juin - 12:11

Je sais, c'est terrible.

Pire: les quatre enfants ne veulent que de l'analogique. S'ils me voient mettre autre chose, ils me disent (très rapidement, avec un regard désespéré) qu'ils ne veulent pas que je mette de musique. Ils tolèrent la radio, mais "pas fort s'il-te-plaît papa".

L'analogique: "Plus fort papa, on veut danser nous".

Plus fort, c'est le préamplificateur à trois heures et l'audiomat à midi, tout veut arracher et elles se collent presque la tête sur les hauts-parleurs, en faisant aller leurs longs cheveux de quatre pieds de long partout autour d'elles.

Sérieusement (même si ça l'est déjà), je ne voulais pas du tout que ce fil de discussion tourne au débat analogique vs numérique. Mais tu as raison, quelque chose ne tourne pas rond. Et je suis capable d'apprécier du numérique, je ne suis pas du tout un apôtre de l'analogique. J'écoute du SACD beaucoup aussi. Mais un moment donné, après 63 différentes sources et 46 amplifications...

un son que j'aime, peu importe ce sur quoi je l'écouterai, je l'aimerai, simplifiera peut être ma façon d'aborder l'audio.

Je pense que oui. Cela s'approche de ce que Jacques Languirand appelait le "cela est". Ça diminue l'anxiété de vivre, qu'il disait. On accepte les choses telles qu'elles sont. Les traumatismes sont difficiles à accepter par contre.

Pas trop de gens se mêlent de notre discussion, hein?

Cela est.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Lun 1 Juin - 18:06

Salut Seph,

C'est vrai qu'il y a peu de participants.  Mais bon, il y a plein de lecteurs.  Suffirait-il de trouver la bonne attitude, les bons mots, les bonnes idées, je ne sais pas mais personnellement j'y travaille.

Je trouve que cette voie sur le numérique/analogique, que nous explorons (les enfants qui sont sensibles à l'analogique plus qu'au numérique) est emballante.  Je ne perçois pas ça comme un aveu d'infériorité du numérique mais plutôt une mauvaise lecture du numérique par les pro de l'enregistrement par exemple.  Tu vas trouver ma prochaine phrase un peu drôle mais je me demande si les pro de l'enregistrement sont passés au numérique.  Pas l'outil qu'ils maîtrisent bien mais l'esprit du numérique n'est peut être pas encore maîtrisé.  

Pure supputation de ma part bien sur.  Et comme je l'ai mentionné plus tôt dans cette discussion, j'espère avoir raison.  Personnellement je crois au numérique.  Je crois que l'on a pas été au bout du numérique et de mon coté, je n'ai pas de problème non plus avec l'analogique  mais je serais bien malheureux de découvrir avec le temps et expérience que l'analogique est un meilleur véhicule pour la musique que le numérique.

Maintenant, j'aimerais que tu fasses quelque chose pour moi en réfléchissant à ceci.  Actuellement et ce depuis plus d'une décennie, tous les enregistrements sont numériques.  L'artiste coche les options fichiers MP3 à meilleur, cd et/ou vinyle.  Comment se fait-il qu'il y ait distinction du bonheur d'écoute entre l'analogique et le numérique, alors que la base est la même ?

À cela j'ajouterais que les premiers enregistrements numériques, qui étaient sur vinyles, n'étaient pas très bon. Les différences entre les enregistrements des précurseurs de ce type d'enregistrements, Denon, qui avait développé une évidente expertise alors que les autres compagnies avaient du retard à rattraper. Les différences entre les enregistrements des différentes compagnies étaient audibles.

J'ai un élément de réponse qui mérite réflexion.  Le silence absolu existe t'il autrement qu'en numérique ?

Je ne connais pas de situation où il y aurait le silence absolu, dans notre quotidien s'entend.  Je suis installé au sous-sol, c'est franchement calme et avec mon sonomètre, j'enregistre un taux de bruit à 37/38 db.   Quand même.  Se pourrait-il que la clé des enregistrements numériques, dédiés à un support numérique, serait non pas d'ajouter du bruit mais d'enregistrer et ne pas filtrer les bruits existants, comme les bruits de salle par exemple ?  J'ai peut être tout faux remarque mais m'semble que ça de l'allure.

Par son principe de l'aiguille qui frotte sur le vinyle, je me demande si ce bruit, souvent faible, ne remplacerait pas les bruits de la vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth

avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 08/05/2010

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Lun 1 Juin - 21:07

C'est vrai qu'il y a peu de participants. Mais bon, il y a plein de lecteurs. Suffirait-il de trouver la bonne attitude, les bons mots, les bonnes idées, je ne sais pas mais personnellement j'y travaille.

Je n'ai pas idée des lecteurs, et franchement cela ne me dérangerait pas d'avoir cette conversation en privé avec toi. Si elle peut faire ressentir un sentiment quelconque à un inconnu, tant mieux. N'est-ce pas le but de tout écrivain d'être au moins reconnu?

Je trouve que cette voie sur le numérique/analogique, que nous explorons (les enfants qui sont sensibles à l'analogique plus qu'au numérique) est emballante. Je ne perçois pas ça comme un aveu d'infériorité du numérique mais plutôt une mauvaise lecture du numérique par les pro de l'enregistrement par exemple. Tu vas trouver ma prochaine phrase un peu drôle mais je me demande si les pro de l'enregistrement sont passés au numérique. Pas l'outil qu'ils maîtrisent bien mais l'esprit du numérique n'est peut être pas encore maîtrisé.

C'est en effet une avenue que l'on peut qualifier "d'emballante", car ce point de vue n'a jamais ou très peu été fouillé en profondeur. Qu'est-ce qui l'a été, au fond? Que savons-nous de l'audio, toi et moi, après des dizaines d'années à y patauger, en sortant parfois notre tête hors de ce cloaque qu'est la vie?

Pas un manque de maîtrise, un manque de circonstances qui auraient pu mener à un autre monde, peut-être. Nous sommes tous dans l'inextricable et l'inéluctable.

Pure supputation de ma part bien sur. Et comme je l'ai mentionné plus tôt dans cette discussion, j'espère avoir raison. Personnellement je crois au numérique. Je crois que l'on a pas été au bout du numérique et de mon coté, je n'ai pas de problème non plus avec l'analogique mais je serais bien malheureux de découvrir avec le temps et expérience que l'analogique est un meilleur véhicule pour la musique que le numérique.

Espérer avoir raison...être bien malheureux de découvrir telle ou telle chose...

Je suis à un moment de ma vie où, pour le meilleur ou pour le pire, je suis plutôt neutre face à tout ce qui peut s'avérer être. Cela est, cela est.

Il y a des pédophiles, des guerres, des malheurs inévitables, des choses insupportables...il y a peut-être mieux à faire que d'accepter, je sais bien.


Maintenant, j'aimerais que tu fasses quelque chose pour moi en réfléchissant à ceci. Actuellement et ce depuis plus d'une décennie, tous les enregistrements sont numériques. L'artiste coche les options fichiers MP3 à meilleur, cd et/ou vinyle. Comment se fait-il qu'il y ait distinction du bonheur d'écoute entre l'analogique et le numérique, alors que la base est la même ?

L'artiste fait ce choix par nécessité, et non par choix. S'il fait un choix, celui-ci devient irréversible à un certain point.

Je vais faire ce quelque chose pour toi avec plaisir.

À cela j'ajouterais que les premiers enregistrements numériques, qui étaient sur vinyles, n'étaient pas très bon. Les différences entre les enregistrements des précurseurs de ce type d'enregistrements, Denon, qui avait développé une évidente expertise alors que les autres compagnies avaient du retard à rattraper. Les différences entre les enregistrements des différentes compagnies étaient audibles.

Les premiers enregistrements numériques sur vinyles étaient tellement affreux que j'ai jeté à peu près tout ce que j'ai pu entendre de mauvais qui date de ces années, et c'est un des rares gestes de ma vie que je n'ai jamais regretté.

Je ne connais pas de situation où il y aurait le silence absolu, dans notre quotidien s'entend. Je suis installé au sous-sol, c'est franchement calme et avec mon sonomètre, j'enregistre un taux de bruit à 37/38 db. Quand même. Se pourrait-il que la clé des enregistrements numériques, dédiés à un support numérique, serait non pas d'ajouter du bruit mais d'enregistrer et ne pas filtrer les bruits existants, comme les bruits de salle par exemple ? J'ai peut être tout faux remarque mais m'semble que ça de l'allure.

J'ai un vinyle ici de Sarah Mclachlan, payé cher sur ebay, où certaines pièces sont enregistrées dans un studio dans les Laurentides et sur lequel on peut entendre un instrument laissé dans un coin "résonner". On croirait simplement que l'on est dans le studio et que notre salon est une autre pièce.

Pourquoi on ne peut pas les entendre les sons existants? C'est quoi cette idée de les effacer?

Alanis Morissette a enregistré une chanson un jour et son guitariste était trop près de l'amplificateur, créant ainsi un espèce de grondement. Découvrant que sur la version finale le grondement n'était plus là (la technique l'avait "effacé"), elle a menacé de se couper les cheveux si le bruit sourd ne revenait pas.

Il faut dire qu'elle a beaucoup plus de misères que d'argent, ce qui invalide un peu l'idée, mais bon.

Have to remove myself from sensation

Here comes the feeling
I run from the feeling and reach for the drug
Can't sit with this feeling
I'd rather be flying and comfortably numb

I feel anxious, I am nervous, I am bored
I'm overwhelmed, rather be out of my gourd

I am lonely, I feel hungry and unloved
I feel angry, I am livid, need a hug

Elle a beaucoup de misères.

Par son principe de l'aiguille qui frotte sur le vinyle, je me demande si ce bruit, souvent faible, ne remplacerait pas les bruits de la vie ?

Lorsqu'on met un vinyle, aucune intrusion n'est faite dans notre pièce. Les sons qui y éclosent sont des sons que les meubles reconnaissent, que l'air accepte. Le numérique est un intrusion, un viol sonore que l'on tente d'intégrer à un ensemble de valeurs humaines qui ne le permet pas.

On retient son souffle avant de peser sur le "play" du numérique, alors qu'on expire profondément aux premières notes de l'analogique.

J'exagère, bien-sûr, car je suis fatigué.







Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1423
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Lun 1 Juin - 22:23

La richesse du son est çe que je tente d'expliquer.

un son lampe est riche. Çette richesse est une densité ou les notes restent en l'air et continuent de vibrer quand sur un autre équipement l'essence du son est deja tombe et il ne reste quun tintement çe qui donne un so clair, brillant et froid.

Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mar 2 Juin - 7:21

Bien que je remarque une montée des sujets à saveur philosophique ailleurs, sur les autres fora, faut bien admettre que ce qui passionne en audio c'est le matériel. Sortir de ces sujets n'a pas la cote. Personnellement, j'aime discuter et participer à des discussions qui m'intéressent mais cela laisse peut être croire que sur ce forum, il n'y a que ces sujets moins attirants.


Que savons-nous de l'audio, toi et moi,

Plus j'en apprend, moins j'en sais.

De plus, je suis mélomane avant tout. J'écoute beaucoup plus de musique que je fais d'opérations techniques. Récemment j'ai retravaillé la courbe de ma chaine, cela faisait quelques mois que je n'avais pas touché à cet aspect. D'un point de vue strictement audio, il me reste beaucoup à apprendre, je te rejoins sur ça.

Pas un manque de maîtrise, un manque de circonstances qui auraient pu mener à un autre monde, peut-être. Bien d'accord ! Si j'ai laissé le "peut être" je l'aurais remplacé par "inévitablement".

il y a peut-être mieux à faire que d'accepter, je sais bien. C'est vrai aussi ! Je suis certain ne pas être le seul à acquiescer mais................. La question suivante est, on fait quoi ? Puis celle d'après, on fait comment ? Et combien d'autres après surgiront selon les circonstances.

Vois-tu, cette discussion sur un sujet hors norme qui mène vers l'inconnu, sans se tirer les cheveux, sans égratigner nos égos est une sorte de réponse à la première question, on fait quoi ? N'est-ce pas une démonstration que c'est possible ici et ailleurs ? Être en accord avec le thème de la discussion devient secondaire alors que même lire seulement devient "je fais quelque chose".

Je ne sais pas ce que tu en penses mais m'semble que c'est un premier pas vers "on fait comment ?" Et franchement, je ne sais pas ce qui s'en vient, je suis devant l'inconnu, comme tout le monde.

J'attend avec impatience le fruit de ta réflexion.

Pourquoi on ne peut pas les entendre les sons existants? C'est quoi cette idée de les effacer? Tu as bien capté ce que je voulais dire. Je reprend ce que j'écrivais hier, je me demande si les pro de l'enregistrement sont passés au numérique. Pas l'outil qu'ils maîtrisent bien mais l'esprit du numérique n'est peut être pas encore maîtrisé. Par conséquent, nous en bout de ligne, l'avons-nous compris l'esprit du numérique ?

Pompon,

Lorsque j'ai lu ton intervention, un mot a surgi, compromis. C'est rare que l'on rapporte les avantages ET les inconvénients d'une même machine ou d'un principe. Qu'en dis-tu ?


Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3780
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 24 Juin - 7:50

Salut Séphiroth,

Nous écrivions il y a peu

Code:
[font=Arial][i]Maintenant, j'aimerais que tu fasses quelque chose pour moi en réfléchissant à ceci. Actuellement et ce depuis plus d'une décennie, tous les enregistrements sont numériques. L'artiste coche les options fichiers MP3 à meilleur, cd et/ou vinyle. Comment se fait-il qu'il y ait distinction du bonheur d'écoute entre l'analogique et le numérique, alors que la base est la même ?[/i]

L'artiste fait ce choix par nécessité, et non par choix. S'il fait un choix, celui-ci devient irréversible à un certain point.

Je vais faire ce quelque chose pour toi avec plaisir.[/font]

Y as-tu réfléchi ?
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth

avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 08/05/2010

MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   Mer 24 Juin - 11:25

Allo Richard,

J'y ai en effet réfléchi, du moins j'y ai songé, et à priori la "question" nécessite une réflexion plus englobante.

J'ai ces temps-ci un nombre de plus en plus grandissant de ces questions qui nécessitent une réflexion plus englobante, de par des études que j'ai entrepris, des travaux que je mène, et un repositionnement de ma propre intériorité. Devant cette tâche, je ne peux avancer que dans les limites de ce que mon corps me permet, et j'ai dû temporairement remettre à plus tard ma réponse à ce sujet. Aussi, pour mentir le moins possible, je trouve ta question très pertinente et difficile à répondre à la va-vite.

Donc, bref, je vais arriver à une conclusion dont je te ferai part, comme à tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Torieux, la musique c'est quoi ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Torieux, la musique c'est quoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» musique qui ecoute quoi?
» Vous ecouter quoi comme musique !!!
» ///MUSIQUE/// vous écoutez quoi?
» Si vous savez pas quoi faire pour la fete de la musique les sudistes venez me voir ...!! ;-)
» convertir musique

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Audio Café :: Audio :: Sujets audiophiles-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: