Audio Café

Tous les sujets audiophiles et hifi sont abordés, avec ou sans café, simplement
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La neutralité en audio, pourquoi pas ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
pompon



Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Jeu 1 Jan - 10:40

Le term musical, les gens comprennent ca.
Un ampli qui sonne comme un devialet, tu qualifies ca comment ?
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Jeu 1 Jan - 11:32

pompon a écrit:
Le term musical, les gens comprennent ca.
Un ampli qui sonne comme un devialet, tu qualifies ca comment ?

Si tu es certains que les gens comprennent la même définition de musical, c'est beau et ça ne sert à rien de continuer la discussion.

Je considère tout de même ma question comme pertinente Es-tu certain que nous nous comprenions entre audiophiles ?

Pourrais-tu me donner des exemples d'amplis musicaux ? De même qu'un ou deux câbles musicaux ?

Le Devialet, aucune idée, je n'ai jamais écouté cet ampli.

Qu'en est-il réellement alors que chacun à sa vision personnelle de la réalité ? À lire ton compte rendu du Devialet, je me suis demandé si tu aimerais mon ampli. Le LINN 2250 est rapide, nerveux, dynamique, une cymbale de tôle sonne la cymbale de tôle, c'est ce que je recherche. Les détracteurs des amplis LINN préfèrent les amplis LINN de vielles générations, les LK. Mais ici on ne parle plus de musique, on parle carrément de préférence de coloration versus pas de coloration.

C'est un choix personnel.
Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Jeu 1 Jan - 16:05

Quand je jase avec les gens, les vendeurs ... musical, c'est clair que c'est être invitant à l'écoute. Il n'y a que toi qui ne considère pas musical un système et un instrument.

Ton pas de coloration est possiblement de la coloration par l'omission. Un son stérile, agressif n'est pas un signe de neutralité mais de pauvreté à mon avis. On ne peut jamais juger sur une pièce mais quand cette caractéristique est toujours présente alors le système a un gros problème.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 2 Jan - 8:04

Je serai donc le seul à ne pas considérer les appareils et instruments de musique de musical.

Est-ce que tu considères la musicalité comme une coloration ? Si non, comme quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 2 Jan - 13:08

La musicalité est un ensemble de facteurs.
Vas lire les descriptions des lampes ... moi je marche avec des articles comme ca pour voir ou je vais.

Tous les qualificatifs audio font un équilibre.

Température: Chaud, neutre ou froid. Chaud s'explique par un ensemble de facteurs mais les énumérés n'est pas si simple. On pourrait dire que c'est une rondeur, un flou et une dynamique relaxante mais avec modération qui ne remet pas en cause le plausible des instruments. Une cymbale va encore sonner cymbale. Froid sera plus métallique et plus tranché. Par contre, le vocal sera plus mince, moins accueillant.

Rondeur : Encore un qualificatif qui agit sur la température en partie. C'est un flou, un tranchant plus doux, une dynamique moins piquante et une descente moins brutale.

Analytique: C'est piquant, mince et les détails viennent à notre conscience avant la mélodie. C'est pratiquement un mauvais équilibre car on ne doit pas "forcer" pour entendre la mélodie.

Musical : C'est un ensemble de bons facteurs ou la mélodie vient avant les détails. Il y a une chaleur/rondeur qui vient nous chercher et qui ne déforme pas ou presque pas la musique. La petite "déformation" qu'il pourrait y avoir n'a pas d'importance en comparaison du plaisir d'écoute qu'on a.

Le ronronnement d,une table tournante n'est pas un très gros désagrément pour moi. Si la table est bonne, ce ronronnement est très doux et crémeux.

Un hiss d'un enregistrement avec du bruit est beaucoup moins agréable qu'un ronronnnement de table tournante. Ca rend l'écoute froide en comparaison.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Sam 3 Jan - 9:21

Pompon,

Je constate que nous ne nous comprenons pas, peut être parce que nous avons un langage différent.

Là où tu parles de facteurs, je parle de colorations. J'espère qu'en 2015 on s'entendra la dessus. Appelons une cerise, cerise. Une coloration, coloration et neutralité, neutralité. Il serait temps d'assumer nos choix et orientations, ne trouves-tu pas ?

Vois-tu, la chaleur ou rondeur, froid ou analytique, boisé ou organique, tous ces qualificatifs, comme tant d'autres, je les attribue à la musique et seulement à la musique. Ce sont des couleurs voulues par le musicien et le réalisateur. Un instrument de musique a aussi ce pouvoir de coloré et ce sont ces nuances de couleurs que je veux entendre. Un chef d'orchestre, par sa personnalité, va coloré l'oeuvre jusqu'à un certain point. Je veux entendre ces couleurs et différences d'une même oeuvre entre chefs d'orchestre.

Ma chaine audio a le mandat de reproduire au plus près ces caractéristiques des musiques que j'écoute, pas de favoriser en tout temps de la chaleur ou de la rondeur parce que j'aime ça, ne s'agit-il pas ici de fausser volontairement le message voulu par l'artiste ?

De plus, c'est un droit de colorer mais comme coloristes, se réclamer de la haute fidélité ne relève t'il pas de l'imposture ?

Je constate que la neutralité n'est pas accepter comme concept. Je constate que les colorations ont la cote. Je constate qu'en principe elles sont honnies mais qu'en pratique elles sont la normes.

Je répète, c'est un droit et que 2015 soit l'année où l'audiophile assumera ouvertement ses positions à propos des colorations.

Code:
Musical : C'est un ensemble de bons facteurs ou la mélodie vient avant les détails. Il y a une chaleur/rondeur qui vient nous chercher et qui ne déforme pas ou presque pas la musique. La petite "déformation" qu'il pourrait y avoir n'a pas d'importance en comparaison du plaisir d'écoute qu'on a.

Je ne comprendrai jamais cette propension à tripper sur les colorations voulues de sa chaine audio alors que c'est la musique et seulement elle, qui devrait nous faire ces effets. C'est comme si vous n'aviez jamais compris que c'est tout à fait normal de ne pas aimer toutes les musiques, tous les sons des instruments de musique. Si vous aimez la chaleur, achetez-vous de la musique chaude et appréciez la chaleur de la musique. Si vous n'aimes pas la trompette, n'achetez pas de musique de trompette. Vous vous donnez une chance d'être hifi ce qui ne peut être le cas en trafiquant vos chaines audio.

Si le vocabulaire est un obstacle à une compréhension commune, que vous aimiez ou pas, il semble qu'il y ait aussi une différence de philosophie. Ce n'est pas grave, encore faut-il en être conscient et l'accepter.

Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Lun 5 Jan - 7:57

Tiens, je me serais attendu à une réplique sur ma dernière réflexion.  Comment interpréter ce silence ?

____________________________

Il est vrai que la coloration, de tous temps en audio, a été considéré comme un défaut à proscrire de nos chaines audio.  La coloration ce n'est pas glamour alors que la rondeur, ça........  Paradoxe intéressant, la neutralité est tout autant à proscrire.  Alors si nos chaines audio ne sont ni neutre ni colorées, que sont-elles ?

Comment en sommes-nous arrivés à nous poser cette question ?  Avouons le, cette question n'aurait aucun sens si nous acceptions la seule définition possible qui motive notre passion, la haute fidélité.  Ce n'est pas le cas, pourquoi ?  

Je me demande si, avec le temps, nous n'avons pas redéfini le sens de "haute fidélité" pour l'adapter à ce que nous sommes réellement, des consommateurs en mal de bonheur, en mal de sensations, en mal d'émotions.  Peu importe la musique écoutée, ne faut-il pas que la chaine audio soit émotive ?

____________________________

Je reprend ce que Pompon a écrit

Code:
Musical : C'est un ensemble de bons facteurs ou la mélodie vient avant les détails. Il y a une chaleur/rondeur qui vient nous chercher et qui ne déforme pas ou presque pas la musique. La petite "déformation" qu'il pourrait y avoir n'a pas d'importance en comparaison du plaisir d'écoute qu'on a.

Moi qui est l'initiateur de cette discussion sur la neutralité, je vous avouerai avoir été troublé par cette déclaration.  Attention, je ne juge pas Pompon ni tous ceux qui croient à ce qu'il écrit.   Je suis troublé parce que je constate le grand écart de la compréhension audio entre audiophiles.

Sincèrement et sans arrière pensée belliqueuse, ne serait-il pas grand temps de séparer ceux qui acceptent la coloration et ceux qui ne l'acceptent pas ?  Le vocabulaire et les objectifs mènent les deux groupes dans des directions différentes.  Pour certains, c'est la chaine audio qui est génératrice de bonheur et pour les autres, c'est la musique.  

Tous autant que nous sommes avons le droit de croire à l'un de ces objectifs mais est-ce compatible d'un à l'autre ?  

______________________________

Donc, nous favorisons la coloration dans nos chaines audio sans l'accepter.  En audio, une cerise n'est pas une cerise.  Je me demande si cela ne serait pas possible de comprendre la coloration comme un moyen d'atteindre un certain objectif, l'émotion.   Accordons à la coloration ses lettres de noblesses.  Étant donné que pour certains l'objectif n'est pas la recherche de la fidélité, mais l'émotion, ce qui est un défaut pour l'un devient une qualité pour l'autre.  

En admettant ce fait, ne se facilite t'on pas la tâche par une compréhension partagée des objectifs ?  Les conséquences ne peuvent qu'être heureuses.  Fini les grandes discussions sur la câblerie, sur le vinyle/cd, le numérique et l'analogique etc..  Nous accepterions enfin que d'une passion commune il y ait des objectifs différents et des moyens techniques et philosophiques différents pour arriver chacun à notre objectif.
Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Lun 5 Jan - 17:57

Comment tu évalues de la neutralité d'un système ?

Normalement les appareils devraient être spécifiés. Les spécifications qu'on a sont très incomplètes et ne disent rien d'utiles.

Tout ce que j'ai sont mes impressions.
La musique c'est sensé venir me chercher et non pas me laisser froid.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 8:28

Pompon,

La neutralité comme concept, voilà une philosophie qui a comme objectif de reproduire fidèlement, avec ce sur quoi tu as le contrôle, c'est à dire la chaine audio et l'acoustique des salles de sons, l'enregistrement sur lequel nous n'avons pas de contrôle.

Un fait, maintenant, lorsque l'on parle de neutralité, il faut, à part égale, parler de colorations.  Un ne va pas sans l'autre.  Si la chaine n'est pas neutre, la chaine est colorée.  La Palice n'aurait pas dit mieux.

Comme je l'ai souligné, la coloration n'est pas glamour dans l'esprit de l'audiophile.  Ce dernier s'est inventé un vocabulaire, au demeurant charmant, qui se résume à colorations.  

Une bonne part des concepteurs audio conçoivent leurs produits en visant une clientèle cible.  Ils induisent volontairement des colorations qui plaisent.  Est-ce à dire que ces mêmes concepteurs ne sont pas en mesure de proposer des produits neutres ? Tu n'as pas aimé le Devialet, demandes toi si ce sont les colorations qui ne t'ont pas plu ou bien sa neutralité qui t'as décontenancé ?

Je peux me tromper mais la neutralité est possible grâce aux outils informatiques, l'EQ, les filtres numériques, les micros de mesures, les logiciels et tous ces outils sont faciles à se procurer.  Le concept de la neutralité repose sur "ne rien enlever, ne rien ajouter".  Voilà exactement la définition de la courbe plate.  

Une constante observée, plus une chaine est colorée, plus son auteur rejette la neutralité.  L'écart entre la réalité de l'enregistrement et l'écoute qu'il a façonnée en colorant à ses goûts sa chaine audio est à ce point différente qu'elle devient inacceptable.  Rappelle toi la première courbe que nous avons prise chez toi ?  Nous préférions tous les deux l'écoute sans courbe.  Pourtant, la réalité de l'enregistrement c'est avec la courbe.  Je comprend mieux pourquoi les constructeurs d'enceintes, par exemple, sont en défaveur de cette nouvelle option qu'a l'audiophile dans son sac d'outil de mise au point, la neutralité dénonce leurs subterfuges.

Donc envers et contre l'industrie de l'audio, il est possible d'être neutre lors de la reproduction de l'enregistrement.  Ce dernier l'est-il ?  C'est une autre question qui amène une autre réflexion et qui n'a pas le chic de simplifier la tâche de l'audiophile qui ne recherche pas la coloration.  Nous n'en sommes pas là et demeurons sur la neutralité/colorations de la chaine audio car c'est la dessus que nous avons le contrôle.

Malgré la courbe plate et tous les efforts acoustiques de la pièce de son, peut-on amener une cymbale dans sa pièce avec un tweeter à 15$, un mid pas plus cher et que dire des hp de basse ?  Pour arriver à des résultats plausible, le coût d'un tweeter dépassera des centaines, voire un millier de dollars.  L'ordre de grandeur des prix va aussi pour le mid et le hp de basse.  Cela dit, ceci n'engage que moi. La qualité a un prix mais quel prix ?  Voilà aussi un sujet qui doit être traité spécifiquement, philosophiquement et techniquement.  S'il est corollaire à la neutralité, nous nous devons de bien comprendre le concept neutralité/colorations avant de l'intégrer dans l'équation audio.

____________________________

Tu écris

Code:
La musique c'est sensé venir me chercher et non pas me laisser froid.

La force des mots qui, avec un minimum, résume toute la complexité philosophique de l'audio moderne.  L'audiophile cherche l'émotion tout le temps et ce n'est pas vrai que toutes les musiques engendrent l'émotion.  L'émotion par la musique ou par la chaine audio, voilà où réside les différences entre nous

L'audiophile a développé, tout doucement la certitude que l'émotion ne vient pas de la musique mais de sa chaine audio.  Si ce fait s'avère juste, voilà une raison supplémentaire de la mésentente entre nous. Nos objectifs sont différents.  Y en a t'il un de mieux ?  Ta réponse vaut la mienne sur cette question mais il devient urgent d'accepter que nous n'allons pas dans la même direction.

____________________________

Alors, qui commence à parler des colorations de sa chaine audio ?  L'invitation est générale.
Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 8:48

Le devialet ne respectait pas mes critères de haute fidėlitė alors je l'ai retournė. Çe n'était pas une question de neutralitė.

Lampkificateur softpower tres puissant jouait bien mieux que le devialet et pourtant sa sonoritė etait beaucoup plus proche de mon ampli que le devialet.

Cetait un ampli pro qui n'écrase pas avec rien.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 9:18

pompon a écrit:
Le devialet ne respectait pas mes critères de haute fidėlitė alors je l'ai retournė. Çe n'était pas une question de neutralitė.

Lampkificateur softpower tres puissant jouait bien mieux que le devialet et pourtant sa sonoritė etait beaucoup plus proche de mon ampli que le devialet.

Cetait un ampli pro qui n'écrase pas avec rien.

Pompon,

voici ce que j'ai écrit

Code:
Tu n'as pas aimé le Devialet, demandes toi si ce sont les colorations qui ne t'ont pas plu ou bien sa neutralité qui t'as décontenancé ?

Nous sommes tous habitués aux qualités et aux défauts de nos chaines respectives. Les colorations de nos chaines, basées sur nos goûts personnels en viennent à guider nos choix. Le Devialet a peut être tout simplement manqué de temps d'écoute tant ce qu'il propose est différent (l'audiophile n'a t'il pas inventé la notion du "rodage" pour justifier le choc des différences). N'as-tu pas aimé d’emblée un ampli qui sonne comme le tient ? Il n'y a pas de mal à refuser la différence. Pourquoi changer ton ampli pour à peu près la même sonorité ? Ton ampli actuel est neutre ou coloré ?

Alors relis ma question qui n'est pas un jugement sur ta décision de retourner le Devialet mais une invitation à la réflexion sur cet épisode particulier qui étoffe tes expériences audio.

___________________________

Dans ma réflexion sur les colorations, je pose de nombreuses questions. Je vais même jusqu'à affirmer que la neutralité est possible en audio, malgré du matériel/câblerie/accessoires audio qui ne le sont pas, ta réaction à ce sujet ?

Les colorations pullulent en audio et elles sont le fait des goûts personnels des audiophiles. Chaleur et rondeur, on parle de quoi, de qualités ou de colorations ?

Que penses-tu de "l'émotion par la chaine audio, pas par la musique" ? Il suffit de lire les fora audio pour prendre conscience que cette affirmation n'est pas du vent. Les audiophiles sont amoureux de leur chaine et la musique devient prétexte. Que penses-tu de ça ?

Parler de la neutralité sans tenir compte des colorations relève de la malhonnêteté intellectuelle. Es-tu en accord avec cet énoncé ?

Vivons-nous sur la même planète audio ? Avons-nous entre audiophile un vocabulaire compris de tous ?

Vais-je enfin avoir des réponses à mes questions ?



Revenir en haut Aller en bas
legarem

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 13/04/2013
Age : 60
Localisation : Neuville

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 13:07

RicharD a écrit:


(l'audiophile n'a t'il pas inventé la notion du "rodage" pour justifier le choc des différences).


Tout d'abord, bonne année 2015 à tous.

Désolé Richard mais tu sors encore une histoire avec un refrain de déjà vu:  
Je ne crois pas donc ça n'existe pas...

Si tu faisais du DIY, tu serais le premier à constater que le rodage des composants n'est pas farfelu.  

En fin de semaine passée, j'ai réparé un amplificateur Sherwood américain vintage que je n'avais pas utilisé dans le salon depuis 3 ans et +.  Le système est normalement ouvert dans le salon toute la journée car ma femme travaille dans son atelier situé près du salon. Lorsque j'ai placé le Sherwood dans le salon, ma femme m'a dit qu'elle trouvait le son agressant et clair.  L'ampli n'étant jamais éteint, le lendemain, elle m'a demandé ce que j'avais fait car elle aimait maintenant le son qui avait pris du tonus et du timbre. Ma femme est très loin du trip  d'audiophile et ses constats étaient identiques aux miens concernant ce qu'elle avait notée comme différence.  Lorsque je venais de brancher l'ampli, je l'ai écouté que 10 minutes tant ça m'énervait.  Je n'ai pas pu m'habituer au son qui aurait créé un choc de différences.

Tout cela veut dire quoi d'après toi ?

Et pour ta dernière question, je crains bien que la réponse reste un gros NON.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 15:24

Legarem,

HUM! OK "je ne crois pas donc ça n'existe pas" c'est ce que tu me dis. Mais alors que penser de "je crois donc ça existe". C'est la bonne affaire ça ?

Quant à ma dernière question, bin coudonc, je vais faire avec et soliloquer comme d'hab.



Revenir en haut Aller en bas
legarem

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 13/04/2013
Age : 60
Localisation : Neuville

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 16:06

Mouin !

Un verre à moitié vide et un verre à moitié plein c'est pareil Smile
Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mar 6 Jan - 22:01

Ø  Nous sommes tous habitués aux qualités et aux défauts de nos chaines respectives.

Exact.

Ø  Les colorations de nos chaines, basées sur nos goûts personnels en viennent à guider nos choix.

Exact. On a nos critères d’appréciation et on choisis ce qu’on aime.

Ø  Le Devialet a peut être tout simplement manqué de temps d'écoute tant ce qu'il propose est différent (l'audiophile n'a t'il pas inventé la notion du "rodage" pour justifier le choc des différences).

Faux. J’ai eu le temps d’écouter ma librairie musicale suffisamment pour être à l’aise avec mon choix.

Ø  N'as-tu pas aimé d’emblée un ampli qui sonne comme le tient ? Il n'y a pas de mal à refuser la différence. Pourquoi changer ton ampli pour à peu près la même sonorité ? Ton ampli actuel est neutre ou coloré ?

Si j’ai l’amplificateur que j’ai (qui est loin d’être mon premier), c’est qu’il correspondait à ce que je recherche.

J’aime également les bons tubes ou le son est encore plus riche et musical et une coche en haut de ce que j’ai. Par contre, l’entretient et le temps de chauffe rend ce genre de produits peu attrayant et le compromis d’avoir ce que j’ai, me satisfait pour l’instant.


Ø  Alors relis ma question qui n'est pas un jugement sur ta décision de retourner le Devialet mais une invitation à la réflexion sur cet épisode particulier qui étoffe tes expériences audio.

Je ne vais toujours pas me forcer à écouter un système qui me laisse froid.


___________________________
> Dans ma réflexion sur les colorations, je pose de nombreuses questions. Je vais même jusqu'à affirmer que la neutralité est possible en audio, malgré du matériel/câblerie/accessoires audio qui ne le sont pas, ta réaction à ce sujet ?

Comment est-ce que tu le détermines ? Tu ne m’as pas répondu.
Moi, j’ai dit que tout change le son. Je l’ai expérimenté et j’en suis convaincu. Pour moi c’est un non-sens de ne pas en tenir compte car le rendu final est la somme de tout.


> Les colorations pullulent en audio et elles sont le fait des goûts personnels des audiophiles. Chaleur et rondeur, on parle de quoi, de qualités ou de colorations ?

Les gens achètent ce qui joue bien pour eux. Si tu déformes la réalité au point d’en être conscient, tu ne vas pas plaire à suffisamment de gens pour obtenir un seuil de rentabilité et le produit va naturellement mourir.


> Que penses-tu de "l'émotion par la chaine audio, pas par la musique" ? Il suffit de lire les fora audio pour prendre conscience que cette affirmation n'est pas du vent. Les audiophiles sont amoureux de leur chaine et la musique devient prétexte. Que penses-tu de ça ?

L’émotion n’existe que pour celui qui entend la musique.
Tu es dans un endroit invitant et confortable ?
Tu es en bonne compagnie ?
Tu connais la musique qui joue et tu as des souvenirs attachés ?
La manière dont le système rend cette musique correspondent ou non à tes critères d’appréciation ?
L’influence (marque/look/réputation) peuvent t’influencer ?


Ø  Parler de la neutralité sans tenir compte des colorations relève de la malhonnêteté intellectuelle. Es-tu en accord avec cet énoncé ?

Quels sont tes critères de neutralité/coloration ?

Ø  Vivons-nous sur la même planète audio ? Avons-nous entre audiophile un vocabulaire compris de tous ?

On a pas tous le même vocabulaire mais par contre on s’assis devant une chaîne et on aime, on aime pas ou on est indifférent. Pas besoin d’inventer de vocabulaire pour cela.

Celui qui se connait le plus est celui qui a eu l’occasion d’avoir entendu suffisamment de produits différents pour avoir pas mal fait le tour de la question.

J’ai entendu de la haute efficacité, des horns, des panneaux, des boites, des subs, du 360, des ob

Des trucs sortent super bien tandis que d’autres détonnent et déçoivent est ce que je retiens.
Cette neutralité (vérité) n’est pas une évidence pour moi qui est le chemin que je dois tenter d’atteindre puisque mes meilleurs enregistrements vont tout simplement changer et non pas magiquement ou tout deviendra meilleur.

Lorsque j’écoute ma chaîne présentement, j’ai de petites choses à changer mais je suis très près de ce que je considère comme suffisant et vivre avec ce que j’ai. Je suis plus difficile que bien des gens et je n’ai toujours pas fermé le projet audio puisque ca devient très difficile de s’améliorer sans perdre autre chose dans l’échange.



Ø  Vais-je enfin avoir des réponses à mes questions ?

Je ne vois rien de plus à ajouter à ce sujet.



Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mer 7 Jan - 9:36

Legarem,

Code:
Un verre à moitié vide et un verre à moitié plein c'est pareil

Voilà qui illustre très bien où je veux en venir avec mes dernières réflexions.  À partir d'éléments communs, la chaine audio, salle de son etc la décision personnelle d'opter pour le moitié plein ou moitié vide mènera à des résultats différents.
_________________________

Pompon,

Merci de prendre du temps pour répondre à mes interrogations.  Tes propres réflexions vont enrichir les miennes.

Ce que tu m'écris me confirme ce que je croyais, nos objectifs et notre compréhension de l'audio diffère.  Je le répète, dans mon esprit c'est clair, il n'y a pas un objectif supérieur pour faire de l'audio.  Encore faut-il en être conscient.

_________________________

Nous avons donc des objectifs audio différents.  

Pour moi, cela commence par une bonne communication.  Si je faisais de l'audio sans intervenir sur les fora et blogs, le vocabulaire aurait peu d'importance.  Comme tu le dis, pas besoin d’inventer de vocabulaire pour cela.  Mais voilà, je communique sur les fora et blogs.  Ce n'est pas une mince tâche mais cela m'intéresse au point d'y mettre l'effort.

_________________________

Tu me demandes comment déterminer la neutralité ?  Si ta question concerne les appareils/enceintes/câbles, je ne le sais pas.  Comme tu le dis, aucune indication laissant croire à cette caractéristique.  Ce que je t'écris ici est suffisant pour laisser la neutralité de coté par l'ensemble des audiophiles, n'est-ce pas ?  De mon point de vue, c'est dramatique.

La neutralité par définition ne se mesure pas, ne se qualifie pas, ne s'identifie pas dans les fiches techniques.  La neutralité est un concept, une philosophie, une approche et compréhension de l'audio qui va plus loin que ce à quoi nous sommes habitués. Adopter le principe de la neutralité c'est accepter de remettre son audio sur la table à dessein.  La neutralité = le changement.

Lorsque je parle de neutralité, je parle d'hypothèse, voire de virtuel. La neutralité c'est le bonheur de revisité ce que nous percevons comme acquis, la hifi.  La neutralité est à construire mais avant il faut convaincre de sa pertinence.

À ta question, quels sont mes critères de neutralité/colorations, je ne peux que te redonner, pour l'instant, les définitions officielles, rien ajouter et enlever pour la neutralité et ajouter et rajouter pour les colorations.

__________________________

Autre point de divergence.  La chaine audio ne peut être une source d'émotion.  Bach et Chopin, Jarrett et Alboran trio, crée chez moi de l'émotion, peu importe où je les écoute, j'ai du plaisir, j'ai des émotions.  

Comme audiophile, j'ai monté une chaine audio avec de bons appareils et HP, l'ai mis au point selon mes compétences du moment(courbe plate, positionnement des baffles plans et du sub etc), accordai une attention minimale à l'acoustique de ma pièce.  Il me reste du travail à faire mais le résultat d'écoute est pas mal du tout.  

Maintenant place à la musique à partir de décisions que j'ai prise, des décisions personnelles qui font de l'écoute que j'ai chez moi, quelque chose d'unique qui s'approche de la réalité de l'enregistrement.

Ces décisions, cet objectif qu'est une écoute neutre, ont simplifié mon audio dans sa compréhension.  Je sais aujourd'hui ce sur quoi j'ai une emprise et ce sur quoi je n'ai pas de contrôle.  J'ai abandonné, grâce à mes réflexions, des notions qui m'étaient importantes déjà et qui ne le sont plus.  

Est-ce que l'écoute de ma chaine audio te plairait ?  Même dépouillée de tous les artifices qui te sont chers, l'écoute que j'ai chez moi te ferait passer de bons moments, de ça je suis certain.  Comment ne pas être séduit tantôt par la contrebasse et tantôt par la basse électrique.  Percevoir les subtiles différences entre les flûtes à bec et traversière ou des guitares acoustiques, classiques et gitanes.  Une cymbale n'est pas un maelstrom sonore, lorsque bien reproduit et bien positionné dans l'espace, c'est satisfaisant en diable.

Il faut, à la base, savoir qu'une cymbale est une assiette de tôle au son ni chaud ni doux.  L'objectif de la neutralité va te donner ça.  Après il faut se demander si, l'ampli, le tweeter et le mid sont capable ensemble de te donner chez toi une cymbale plausible.
___________________________

Pour finir, l'aventure Devialet.  

J'ai écrit
Alors relis ma question qui n'est pas un jugement sur ta décision de retourner le Devialet mais une invitation à la réflexion sur cet épisode particulier qui étoffe tes expériences audio.

Va lire ceci sur le Devialet, http://jipihorn.wordpress.com/category/foutage-de-gueule/
Ce n'est pas le premier article mais le second.

___________________________

J'attire ton attention sur ce que l'on préfère lors d'une écoute sur une chaine audio volontairement colorée par rapport à nos propres connaissances de la musique live.  Comment arrive t'on à ne pas vouloir s'approcher de ce que nous entendons en spectacle ?  Voilà qui me dépasse.
Revenir en haut Aller en bas
pompon

avatar

Messages : 1445
Date d'inscription : 12/03/2011

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Mer 7 Jan - 18:55

cest ca wue je dis. Le systeme ne rend pas l'émotion. Cest toi qui réagit .

Moi il me faut quelque chose pour me faire réagir et certains systèmes nont oas çe qu'il faut pour me faire réagir.

La neutralité est un principe alors ca se limite à paraitr plausible et naturel.

La quasi totalité des systèmes cest plausible avec des variantes.

tu es content avec ton systeme. Le miens sans artifices sonne bien aussi mais mieux avec mes artifices comme tu les appelles.

Tu ne peux oas dire que je colorė puisque tu ne peux pas le quantifier et le mesurer. Au fond.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Jeu 8 Jan - 9:25

Pompon,

Je crois à la différence des objectifs à partir d'éléments communs, la chaine audio dans sa salle de son.  

Dans ma conception de la hifi, je n'ai pas à ressentir de l'émotion sur une musique que je n'aime pas, c'est pour moi un non sens.  Une musique que j'aime, je l'aime partout, sur tout et en tout temps.  

La chaine audio au service de la musique.  En tout premier lieu, j'aime la musique puis, comme audiophile, je recherche la reproduction fidèle de cette musique que j'aime.  J'aime ma chaine, j'aime l'audio, j'aime ce que cela m'apporte comme satisfaction, qui est une émotion lié à la technique et au travail bien fait mais s"il y a une chose qui est absente de ma démarche audio c'est l'émotion de la musique engendrée par la chaine audio.  Bach ne m'émeut pas plus devant ma chaine audio que dans ma voiture.  Bach m'émeut, c'est tout et c'est le point de départ de mon audio.
Je ne demande à personne d'endosser cette position, faut bien admettre que c'est ce qui nous différencie.

Tu écris

Code:
Moi il me faut quelque chose pour me faire réagir et certains systèmes nont oas çe qu'il faut pour me faire réagir.

C'est précisément ce point qui nous distingue.


Code:
La neutralité est un principe alors ca se limite à paraitr plausible et naturel.

Je ne demande rien d'autre de plus à mon audio.


Code:
Tu ne peux oas dire que je colorė puisque tu ne peux pas le quantifier et le mesurer. Au fond.

Alors que dire des câbles et des accessoires audio que l'on ne peut ni quantifier ni mesurer ?  

Pompon, ça ne serait pas plus simple d'admettre la coloration comme une pièce importante de l'audio de la bonne majorité des audiophiles ? Dans les faits, l'objectif audio étant la recherche de l'émotion par la chaine audio, la coloration devient essentielle.  Dépendamment des objectifs, ce qui est un défaut pour l'un devient une qualité pour l'autre.  

Autre avantage, on va cesser de s'obstiner à propos d'évidences et espérer que cette nouvelle acceptation, de part et d'autre, engendre une collaboration.  J'ai des objectifs précis que j'aimerais partager.  

Un exemple, oublions le piano et les instruments acoustique, commençons par la simplicité apparente et posons nous cette question, est-ce possible aujourd'hui de reproduire fidèlement, chez soi sur sa chaine audio, un musicien qui joue en solo de la quitare électrique.  Seul le musicien, son ampli et sa guitare électrique.  Peut-on égaler chez soi, sur sa chaine audio, toutes les impressions générées par le musicien et son instrument ?  Si vous répondez non à cette question, m'semble qu'il serait intéressant de chercher le pourquoi.  Je vous donne une référence, Joe Pass, Virtuoso.  Allez écouter ça et revenez moi avec vos impressions.  Je l'écoute en rotation MP3 et FLAC actuellement.  Guitare électrique solo, distorsions incluses, c'est voulu.

Avec la guitare électrique, je simplifie grandement la situation.  En théorie mous devrions avoir le sentiment profond d'avoir un guitariste chez soi.  L'excuse des micros ne tient plus avec cet exemple alors qu'une guitare électrique n'émet aucun son sans micro et ampli.  Alors si vous répondez non à ma question, comment ça se fait que nous serions incapable de reproduire un instrument de musique électrique ?  Le même questionnement peut se faire avec les synthétiseur.  

Pompon, ne crois-tu pas que la réponse à ce cas de figure n'est pas plus important que la seule acceptation de la coloration qui est la réalité non avouée de la majorité des audiophiles ?
Revenir en haut Aller en bas
legarem

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 13/04/2013
Age : 60
Localisation : Neuville

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Jeu 8 Jan - 13:15

Richard

Sur des bonnes chaines, les différences entre le gars avec sa guitare dans ton salon et la reproduction sur ta chaine, c'est beaucoup relatif à tout le processus qu'il y a entre l'enregistrement et le traitement du son avant l'écoute chez vous. À moins que tu aies un super équipement pour faire un enregistrement direct chez vous. J'ajouterais aussi que sur beaucoup de h-p non efficaces, le manque de dynamique devient flagrant et va tuer le réalisme de la guitare.

J'avais un chum qui jouait de la guitare électrique, réparait des amplis de guitare et qui était aussi amateur de hi fi. Je m'étais longuement posé la question comment sortirait une guitare électrique branchée sur un ampli haut de gamme fait pour la hi fi. Il m'a fait le test et je l'ai supplié d'arrêter. C'était carrément inécoutable !

Un ampli de guitare n'est pas linéaire. Branche une guitare directement sur ton setup puis tu va voir que ça ne sonnera pas. Considérant ce fait, une question que je me pose c'est de savoir lors d'un enregistrement, si la guitare est branchée directement dans la console puis trafficotée lors du mixage ou s'ils utilisent un micro ? Probablement l'un ou l'autre selon le cas.

Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Jeu 8 Jan - 16:03

Legarem,

Je joue de la guitare et j'ai possédé une guitare électrique. Tu dis si je l'ai essayé sur ma chaine. J'en suis arrivé à la même conclusion que toi, c'était inécoutable.

Tu écris

Code:
les différences entre le gars avec sa guitare dans ton salon et la reproduction sur ta chaine, c'est beaucoup relatif à tout le processus qu'il y a entre l'enregistrement et le traitement du son avant l'écoute chez vous. À moins que tu aies un super équipement pour faire un enregistrement direct chez vous. J'ajouterais aussi que sur beaucoup de h-p non efficaces, le manque de dynamique devient flagrant et va tuer le réalisme de la guitare.

Voilà que tu amènes une piste de réflexion.

J'ai relu ma question et il manquait un élément important, est-ce possible aujourd'hui de reproduire fidèlement , chez soi sur sa chaine audio, un enregistrement d'un musicien qui joue en solo de la guitare électrique. Seul le musicien, son ampli et sa guitare électrique. Peut-on égaler chez soi, sur sa chaine audio, toutes les impressions générées par l'enregistrement d'un musicien et son instrument ?

J'ai mis en gras ce qui manquait.

Personnellement je trouve que l'on jette rapidement la serviette à propos de l'hypothétique difficulté qu'éprouverait une chaine audio à reproduire la puissance d'un instrument de musique. Tu parles du traitement réservé au signal stéréo, de la prise de son, du mastering qui imposent une réalité à l'écoute. Cette réalité n'est pas toujours fidèle. L'enregistrement est un élément indissociable du succès ou de l'échec de notre audio.

Il y a aussi d'autres facteurs dont on doit tenir compte dans notre appréciation de ce problème. J'ai un texte, datant des années 50, qui relate les prises de décisions, avant la prise de son, que doit prendre le preneur de son, où positionner l'auditeur dans une salle virtuelle de spectacle. L'auditeur c'est nous ça. Si ce dernier positionne l'auditeur près de la scène, ce qui est un choix, le piano, dans le cas d'un petit orchestre de jazz, dominera mais l'auditeur aura une piètre perspective du reste des musiciens mais le piano sera très présent, très live dans notre salle de son. Au contraire, si le preneur de son place l'auditeur au centre de la salle de spectacle, la perspective, l'image sera grandement améliorée mais en éloignant l'auditeur de la scène, il y aura les obligatoire pertes de puissance de l'ensemble. Le piano perdra de sa puissance comme le reste de la formation. Je répète, ce choix doit se faire avant la prise de son.

Alors, sachant cela, quelle est la contribution de la chaine audio dans la reproduction de la puissance d'un instrument de musique. Bien sur, elle peut amoindrir une partie de cette puissance par de quelconques carences mais il y a d'autres paramètres dont il faut tenir compte.

Un autre élément abordé par Legarem, l'efficacité des enceintes. Est-il possible, à volume raisonnable, de reproduire un piano correctement dans sa salle de son avec une paire d'enceinte faible efficacité ?

Écoutez moi bin, ceci n'est pas une charge contre les enceintes basse efficacité. Tôt ou tard, il faudra bien se demander si l'avenir de la reproduction fidèle passera par ce type d'enceinte, tout comme la haute efficacité, est-elle la solution pour une reproduction fidèle de la musique ? J'ai mon idée sur le sujet et vous !
Revenir en haut Aller en bas
legarem

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 13/04/2013
Age : 60
Localisation : Neuville

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 9 Jan - 7:48

RicharD a écrit:
Legarem,
Un autre élément abordé par Legarem, l'efficacité des enceintes.  Est-il possible, à volume raisonnable, de reproduire un piano correctement dans sa salle de son avec une paire d'enceinte faible efficacité ?

Écoutez moi bin, ceci n'est pas une charge contre les enceintes basse efficacité.  Tôt ou tard, il faudra bien se demander si l'avenir de la reproduction fidèle passera par ce type d'enceinte, tout comme la haute efficacité, est-elle la solution pour une reproduction fidèle de la musique ?  J'ai mon idée sur le sujet et vous !

Le dynamisme d'un système à haute efficacité apporte un certain réalisme qu'un système à basse efficacité n'a pas. Un bon test c'est d'écouter à très bas volume. Pour ma part, dans ce cas, le système à haute efficacité rend de quoi d'intelligible tandis qu'il faut pousser l'autre pour ressentir de quoi.

J'ai flirté peu de temps cet été avec des h-p de 86 db/oct d'efficacité qui étaient vraiment cohérents avec une splendide image. Mais maudit que le son était plate et sans vie. Je n'avais pas la puissance d'ampli pour aller avec mais ce que j'entendais ne me portait pas à investir plus loin la-dedans.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 9 Jan - 8:23

Poursuivons notre réflexion.

Un élément me frappe depuis des années, l'industrie audio et les audiophiles sommes en mesure, en tout temps, de changer la facture sonore des chaines audios par toutes sortes d'ajouts, de subterfuges techniques, ésotériques, physiques etc.. Le but express étant d'améliorer l'écoute des chaines audio. D'un même souffle, tout ce beau monde s'entend sur l'incapacité à reproduire fidèlement toutes les expressions de puissance, nuances dynamiques, de présence etc. d'un instrument de musique comme le piano.  Pourquoi ?

C'est à cette question que j'aimerais réfléchir avec vous.  Je considère tout comme vous, posséder une bonne chaine audio.  Comment se fait-il que j'entend un piano chez moi sans jamais avoir la certitude qu'il est physiquement dans la pièce ?  Serait-ce dû à ce que je rapportait hier, le choix, avant la prise de son, du positionnement virtuel de l'auditeur dans la salle de spectacle par le preneur de son ?  Serait-ce intelligible de réaliser une prise de son en approchant virtuellement l'auditeur au plus près de la scène ? Les bons enregistrements, en général, me positionnent en milieu de salle de spectacle, peut-il en être autrement ?

Pourquoi ce questionnement ?  Parce que j'ai acquis la conviction que nos chaines audio sont beaucoup plus performantes que l'on croit mais ça c'est moi qui le dit.  Si on peut faire beaucoup lors de la mise au point de la chaine audio et salle de son, l'enregistrement demeure essentiel dans la qualité du résultat de nos écoutes.

Ce qui m'étonne est que cette donnée de l'enregistrement ne figure que très rarement dans nos évaluations personnelles de nos chaines audio ? Quelle est la valeur réelle de cette évaluation de ma chaine audio si l'enregistrement est faux par rapport à la réalité ou tout du moins, ne connaissant pas les intentions du preneur de son et de l'artiste, quelle valeur donner au constat de mon évaluation ? J'ignore tout ou presque de l'essentiel enregistrement. Étonnant non !

Combien de fois ai-je lu qu'il est impossible de reproduire chez soi tout l'impact d'un piano ou d'un petit/grand orchestre ?  La faute incombant à la chaine audio exclusivement ?  Vraiment !  Qu'en est-il réellement ?

Qu'est-ce qui manque vraiment pour une reproduction de la musique ?  Le savons-nous ?  

Est-il possible que ce que nous avons présentement comme résultat d'écoute, c'est le top, le maximum que l'on peut et pourra tirer d'un enregistrement ?  À ces questions il nous faut aussi répondre.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 9 Jan - 8:40

legarem a écrit:
RicharD a écrit:
Legarem,
Un autre élément abordé par Legarem, l'efficacité des enceintes.  Est-il possible, à volume raisonnable, de reproduire un piano correctement dans sa salle de son avec une paire d'enceinte faible efficacité ?

Écoutez moi bin, ceci n'est pas une charge contre les enceintes basse efficacité.  Tôt ou tard, il faudra bien se demander si l'avenir de la reproduction fidèle passera par ce type d'enceinte, tout comme la haute efficacité, est-elle la solution pour une reproduction fidèle de la musique ?  J'ai mon idée sur le sujet et vous !

Le dynamisme d'un système à haute efficacité apporte un certain réalisme qu'un système à basse efficacité n'a pas. Un bon test c'est d'écouter à très bas volume.  Pour ma part, dans ce cas, le système à haute efficacité rend de quoi d'intelligible tandis qu'il faut pousser l'autre pour ressentir de quoi.

J'ai flirté peu de temps cet été avec des h-p de 86 db/oct d'efficacité qui étaient vraiment cohérents avec une splendide image.  Mais maudit que le son était plate et sans vie.  Je n'avais pas la puissance d'ampli pour aller avec mais ce que j'entendais ne me portait pas à investir plus loin la-dedans.

Nous avons un parcours similaire.  J'en arrive aux mêmes conclusions que toi au sujet des enceintes basse et haute efficacité.  

Actuellement, j'ai de la haute efficacité.  J'ambitionne une installation de très haute efficacité avec des amplis très puissants en multi amplification.  J'aimerais essayer cette formule.

La question qui me tarabuste à propos des instruments de musique, s'il nous était possible d'évaluer la puissance en watt d'un piano par exemple, quel serait ce wattage ?  De cette réponse, peut-on imaginer des amplis moins puissants que le wattage du piano pour le reproduire ?
Revenir en haut Aller en bas
legarem

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 13/04/2013
Age : 60
Localisation : Neuville

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 9 Jan - 8:56

Ta puissance requise va carrément dépendre de l'efficacité des h-p.

J'ai déjà vu de quoi sur la puissance requise pour la reproduction d'un piano.

Je ne comprends pas pourquoi tu désires des amplis puissants avec des h-p très efficaces.  Un ampli puissant délivre souvent plus de courant (inutile dans le cas des h-p efficaces) mais son étage de sortie à transistors multiples fait que tu perds souvent beaucoup en transparence comparé à un circuit plus simple.

Dans mon cas, en faisant jouer cela assez fort pour demander de baisser le volume, j'atteints un peak demandé de 20 watts dans la basse. Efficacité de 97 db/1w/1m.  Dans le mid haut, j'ai 107 db/1w/1m.  Avec un ampli de 2w, tu vas me demander de baisser le volume car je n'atteints pas la saturation !  C'est là que se passe la patente. Tu utilises des circuits super simples et super transparents.  Mon petit clone de First watt F3 de 10 W dans le mid haut fait la job en masse.  Et oui, je n'ai présentement plus de tubes dans mon système.  Les amplis 300B que tu as entendus, je ne les ai pas vraiment aimés.  Manque d'extension dans l'aigu, gros mid en avant. il va falloir que je les travaille.  Lorsque tu étais venu faire un tour, je les avais mis parce que tu désirais écouter des 300B.
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3793
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 63
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 9 Jan - 10:03

Et l'écoute que j'ai fait chez toi m'a beaucoup plu.  Tubes ou non, j'ai aimé ce que j'ai entendu.  Faut dire que le choix des pièces de musique m'a plu.  C'est au final ce qui est le plus important.

Écoute, nous avons déjà abordé, sur le forum, la question de la puissance des instruments de musique.  Ce que je comprend de ton dernier message concerne la relation entre les amplis et la haute efficacité et la capacité de l'ensemble à jouer plus ou moins fort.  Il suffit de tourner le bouton de volume.

Mais si on aborde la situation de l'écoute audio actuelle chez soi, l'écoute réaliste d'un enregistrement de piano n'est pas convaincante.  Comme je l'ai dit plus tôt, le piano, bien que plausible sans nul doute, n'est pas physiquement dans la pièce, il manque quelque chose pour une illusion parfaite, mais quoi ?

Je comprend qu'il est difficile, voire peut être impossible, de quantifier en watt la puissance d'un piano.  Il est évident, à partir des exemples que tu nous donnes, que la combinaison ampli de faible puissance et enceintes haute efficacité permet un volume sonore réaliste. Maintenant qu'en est-il de la puissance propre du piano, ce qui a peu à voir avec le volume sonore de la reproduction mais bien de la capacité dynamique de l'instrument et de la puissance qui en découle.  

Toujours en watt, quelle puissance développe un piano lorsque sollicité à sa pleine puissance ?  Est-ce qu'un 10 watt est capable de reproduire toute cette charge de puissance ?  

La seule chaine que j'ai entendu qui donnait cette impression de puissance des instruments de musique est la chaine audio du défunt Ti-lOU.  Avec des enceintes relativement efficace, des grosses Wilson audio et un gros ampli Classé omnicron et ses 4000 watts de peak, j'ai eu pour la première fois le sentiment d'avoir physiquement les instruments de musique dans la pièce et ce sentiment, j'ai aimé, surtout, j'ai découvert qu'il était possible d'y arriver.  

Maintenant est-ce que des amplis puissants associés à des enceintes haute efficacité est la voie à tenir ?  Tu n'es pas le premier à soutenir que non mais qui l'a essayé ?  

Tu seras d'accord avec moi que la théorie en audio à des limites que seul les essais peuvent confirmer ou infirmer.

Pour finir, ce que j'avance ne tient pas compte des défauts que cette possible expérience puisse révéler.  Des défauts comme une perte de transparence.  Toutefois il m'est important de pousser ce raisonnement car actuellement, sauf pour la chaine de Ti-Lou, aucune écoute, ne t'en déplaise, ne m'a convaincu sur cet aspect précis.  IL y a toujours un petit quelque chose qui manque.

Ce que je peux dire aujourd'hui, c'est que c'est possible.  Comment y arriver à un coût humain ?????  Je ne sais pas.
Revenir en haut Aller en bas
legarem

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 13/04/2013
Age : 60
Localisation : Neuville

MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   Ven 9 Jan - 10:43


Voir dans ton message

RicharD a écrit:
Et l'écoute que j'ai fait chez toi m'a beaucoup plu.  Tubes ou non, j'ai aimé ce que j'ai entendu.  Faut dire que le choix des pièces de musique m'a plu.  C'est au final ce qui est le plus important.

Avec le First Watt qui a remplacé les monoblocs 300B, je suis passé à de quoi qui est beaucoup plus achevé et complet comme son. Chose que j'apprécie grandement c'est que ça sonne toujours pareil au lieu que des jours ça sonne bien tandis qu'au lendemain, je reste sur ma faim.

Écoute, nous avons déjà abordé, sur le forum, la question de la puissance des instruments de musique.  Ce que je comprend de ton dernier message concerne la relation entre les amplis et la haute efficacité et la capacité de l'ensemble à jouer plus ou moins fort.  Il suffit de tourner le bouton de volume.

Pas exactement. Le gain et la puissance sont deux choses. La haute efficacité. procure une 'aisance' d'écoute que la basse efficacité n'a pas peu importe le volume.

Mais si on aborde la situation de l'écoute audio actuelle chez soi, l'écoute réaliste d'un enregistrement de piano n'est pas convaincante.  Comme je l'ai dit plus tôt, le piano, bien que plausible sans nul doute, n'est pas physiquement dans la pièce, il manque quelque chose pour une illusion parfaite, mais quoi ?

Le piano est l'un sinon le plus difficile à correctement reproduire. L'attaque et le contenu harmonique de cet instrument sont vraiment à part. Je maintiens que l'enregistrement de la musique a gros à faire pour diminuer la réalité d'écoute chez soi. Les chaines 'essayent' de reproduire les instruments mais la réalité est encore loin sur TOUS les systèmes entendus. On essaie de créer une illusion chez soi.

Je comprend qu'il est difficile, voire peut être impossible, de quantifier en watt la puissance d'un piano.  Il est évident, à partir des exemples que tu nous donnes, que la combinaison ampli de faible puissance et enceintes haute efficacité permet un volume sonore réaliste.  Maintenant qu'en est-il de la puissance propre du piano, ce qui a peu à voir avec le volume sonore de la reproduction mais bien de la capacité dynamique de l'instrument et de la puissance qui en découle.  

Je vais essaye de trouver ce que j'ai déjà lu sur ce sujet

Toujours en watt, quelle puissance développe un piano lorsque sollicité à sa pleine puissance ?  Est-ce qu'un 10 watt est capable de reproduire toute cette charge de puissance ?  

Je dirais oui avec au dessus de 100 db/1w/1m

La seule chaine que j'ai entendu qui donnait cette impression de puissance des instruments de musique est la chaine audio du défunt Ti-lOU.  Avec des enceintes relativement efficace, des grosses Wilson audio et un gros ampli Classé omnicron et ses 4000 watts de peak, j'ai eu pour la première fois le sentiment d'avoir physiquement les instruments de musique dans la pièce et ce sentiment, j'ai aimé, surtout, j'ai découvert qu'il était possible d'y arriver.  

Bien d'accord mais à quel prix ?

Maintenant est-ce que des amplis puissants associés à des enceintes haute efficacité est la voie à tenir ?  Tu n'es pas le premier à soutenir que non mais qui l'a essayé ?  

Tu seras d'accord avec moi que la théorie en audio à des limites que seul les essais peuvent confirmer ou infirmer.

Je suis hautement tenant de cette affirmation

Pour finir, ce que j'avance ne tient pas compte des défauts que cette possible expérience puisse révéler.  Des défauts comme une perte de transparence.  Toutefois il m'est important de pousser ce raisonnement car actuellement, sauf pour la chaine de Ti-Lou, aucune écoute, ne t'en déplaise, ne m'a convaincu sur cet aspect précis.  IL y a toujours un petit quelque chose qui manque.

D'accord mais pour approcher, il faut faire des bons choix et y mettre du $$$$

Ce que je peux dire aujourd'hui, c'est que c'est possible.  Comment y arriver à un coût humain ?????  Je ne sais pas.

Est-ce possible à un coût raisonnable ? Pas certain. J'ai aussi l'impression que plus la technologie avance plus on semble y aller avec la facilité et la médiocrité. Notre petit monde restreint ne fait plus grand poids pour faire avancer les choses rapidement. L'ésotérisme, on n'aura jamais les moyens (ou le but) de se le payer
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La neutralité en audio, pourquoi pas ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La neutralité en audio, pourquoi pas ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 39 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» pourquoi mon GPz tourne sur trois pattes
» qui censure ??? et pourquoi???
» Promo MTX audio pendant le mois de Juin
» Cuillère : Pourquoi mes brochets et mes sandres se décrochent ?
» Bornier Audio connexion box

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Audio Café :: Réflexions audiophiles-
Sauter vers: